par Eva Izsak-Niimura

Charente_web(English) Quels éléments déterminent une famille ? Quelle est la pierre angulaire de la société ? Bien que la définition de la “famille” soit un sujet en constante évolution, la famille dite “traditionnelle” résiste. En effet, elle a démontré une étonnante capacité à survivre au vu des forces révolutionnaires. Il est indéniable que de nos jours, les alternatives aux valeurs familiales traditionnelles sont nombreuses : le mariage gay, le PACS, les familles monoparentales… Tout cela constitue un large éventail de possibilités. Cependant les institutions s’obstinent.

Le contexte historique de la famille perdure encore aujourd’hui et contribue à créer des écarts parmi les résultats économiques observés en Europe, en Asie et aux États Unis. Ayant vécu aux États-Unis et en France, je peux personnellement témoigner de ces quelques différences à travers un compte-rendu généraliste, bien plus anecdotique que scientifique et dans lequel mes camarades expatriés pourront se reconnaître. [i]

La famille européenne traditionnelle est verticale. Cela signifie que la lignée familiale traverse les générations depuis les Pères Fondateurs jusqu’à leurs descendants. Le patriarche voit sa future incarnation dans sa descendance, le premier descendant de sexe masculin conservera le nom, le titre et la fortune de la famille. La structure se veut enracinée dans le mécanisme de la société féodale : la terre était le principal bien, parfois le seul, et la façon dont elle était gérée déterminait le sort des générations à venir. Pour résumer, l’aîné des garçons finissait par hériter des terres, il les cultivait et les transmettait à son propre fils aîné. Le second devenait prêtre, reléguant la question de l’héritage, qui par définition, ne le concernait pas vraiment. Enfin le troisième embrassait généralement une carrière dans l’armée : soit il mourrait au combat, soit il bâtissait sa propre fortune, le pillage constituant une une fin probable pour y parvenir. Continue reading »